Airbus-A320-drone

Angleterre : l’avion avait en fait « percuté » un sac plastique

En début de semaine, la presse a fait l’écho d’une collision entre un drone et un avion de ligne Airbus A320 de la compagnie British Airways. L’accident se serait déroulé lors de la phase de descente vers l’aéroport d’Heathrow à Londres. Le pilote avait alors précisé à la police locale qu’il pensait que son avion était entré en collision avec un drone. Après avoir réalisé les vérifications nécessaires, l’aéronef a pu repartir puisqu’aucune avarie n’était à signaler.

Un sac en plastique pris pour un drone

Selon le quotidien anglais The Telegraph, l’avion serait en fait entré en collision avec un… sac plastique ! Le ministre britannique des Transports vient en effet d’annoncer que les autorités n’ont pas confirmé que la collision avait été réalisée avec un drone. À la place, l’homme a précisé qu’il était probable que l’objet non identifié soit en réalité un sac plastique.

Pas de renforcement des règles

Le ministre Robert Goodwill en a profité pour annoncer que la Grande-Bretagne n’allait pas renforcer sa législation envers les drones. Actuellement, il est uniquement possible de piloter ses drones à vue, à moins de 120 mètres d’altitude et à une distance horizontale maximale de 500 mètres. Le gouvernement avait réfléchi à des pistes plus strictes comme des puces intégrées aux drones permettant de les désactiver à l’approche de certaines zones.

Pas d’accident à signaler

Pour le moment, aucun drone civil n’est donc entré en collision avec un avion de ligne, même si les témoignages de pilotes de quasi-collisions avec ce type de machine se multiplie. Cette semaine, en France, un pilote d’un Airbus 320 à l’approche sur Roissy aurait repéré la présence d’un drone à 2 300 mètres d’altitude. Alors, encore un sac plastique ou un appareil hors de contrôle ? Il est bien entendu aussi possible qu’il s’agisse d’un vol illégal, avec un pilote à la recherche d’un plan vidéo inédit.

La réglementation en France

Rappelons qu’en France, la réglementation interdit les vols à plus de 150 mètres d’altitude, et parfois encore moins dans certaines zones comme les abords des aéroports. Certaines voix s’élèvent pour demander des mesures plus strictes, mais les pilotes de multirotors considèrent ces pistes comme inutiles puisque les pilotes qui voudront passer outre la réglementation y parviendront toujours et les pilotes qui respectent la réglementation seront donc les premiers punis par un renforcement des mesures.

La loi sur le point d’être modifiée

Une proposition de loi a d’ailleurs été déposée au Sénat en mars pour se pencher sur des nouvelles pistes, avec notamment des obligations de formation, d’immatriculation ou encore l’installation de systèmes de signalement sur les drones comme des LED ou des systèmes électroniques.

Une réflexion sur “Angleterre : l’avion avait en fait « percuté » un sac plastique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *