RotorMatch-courses

RotorMatch aimerait passer à la vitesse supérieure : explications

RotorMatch est rapidement devenu un acteur majeur des compétitions Française de FPV Racing. D’abord uniquement virtuel au travers de sa plateforme web, RotorMatch s’est peu à peu fait une place sur les terrains en s’impliquant directement lors des compétitions.

Matthieu Bourhis, fondateur de RotorMatch, ainsi que son équipe font eux aussi partie de ceux qui tentent de faire évoluer le FPV Racing en proposant des solutions concrètes. D’abord plateforme de mise en relation entre pilotes, RotorMatch a su évoluer en fonction des besoins et souhaite désormais passer à la vitesse supérieure en mettant à disposition des organisateurs d’événements leur expérience et leur matériel avec un objectif simple : harmoniser et améliorer le déroulement des compétitions à venir.

Un projet intéressant et ambitieux qui nécessite cependant plus de moyens. Pour les obtenir, RotorMatch a choisi de faire appel à la communauté dans une campagne de financement participative disponible  sur la plateforme de crownfunding KissKissBankBank.

Afin de mieux comprendre ce projet nous avons interrogé Matthieu Bourhis pour qu’il nous explique sa démarche, sa vision actuelle des compétitions ainsi que ses ambitions pour RotorMatch.

Comment est né RotorMatch ?  Comment la plateforme a t-elle évolué ?

“Je suis arrivé dans le modélisme via le multirotor en janvier 2015, à l’époque, je n’y connaissais rien et il était difficile de trouver et de rencontrer d’autres pilotes. C’est à ce moment la que j’ai commencé à imaginer RotorMatch, une plateforme favorisant les rencontres entres pilotes, team et qui permettrait de connaître les évènements qui se passent près de chez nous. Ce n’est qu’en Novembre 2015 que je commence le développement de la plateforme que vous connaissez aujourd’hui.

Durant le développement, j’ai pensé que cela pourrait être intéressant, en plus du calendrier des événements, d’historiser les résultats, puis très logiquement arrive l’idée de gérer les courses. Cette version est publiée le Lundi 15 Février 2016 à 21h. Et à ce moment la c’est un réel raz de marée, en 1 semaine c’est plus de 300 utilisateurs qui s’inscrivent sur la plateforme. Nous ne nous attendions absolument pas à ça !

plateforme RotorMatch

Plus le temps passe et plus la communauté s’approprie la plateforme, on nous demande un chat, qu’on intègre 3 semaines plus tard, et ainsi de suite… En moins d’un an RotorMatch est devenue la plateforme adoubée par les pilotes, et qui est utilisée sur la quasi totalité des courses en France.

Par ailleurs, nous avons également mis en place un partenariat avec la Mairie de Paris, la FFAM et l’AMR, pour gérer les inscriptions aux différentes zone de vol.

Certain diront que nous nous sommes légèrement écartés de notre coeur d’activité, mais finalement pas tant que ça, car notre objectif reste de faire découvrir notre discipline en aidant les gens à se trouver.

Pour la suite, nous aimerions sortir du virtuel et continuer notre démarche en accompagnant l’organisation d’événements que ce soit des courses, des salons ou tout autre type de manifestation, aussi bien pour des pilotes confirmés, que débutants et pourquoi pas organiser nos propres événements… Mais chaque chose en son temps ! 🙂 “

RotorMatch est une association, une entreprise, … ?

“RotorMatch était juste un projet de garage, fait par un passionné du web et des multirotors. C’est essentiellement pour les besoins en gestion des inscriptions aux événements d’initiation organisés avec la Mairie de Paris, que nous avons dû créer une société, car c’est le seul moyen pour gérer des flux d’argent. Cela nous a aussi permis de répondre aux demandes des organisateurs, qui souhaitaient pouvoir tout faire directement depuis la plateforme (inscription payante).”

Quels sont selon-vous les raisons du succès ou de l’échec d’une compétition de FPV Racing ?

“Il y a plusieurs raisons à cela, mais la première qui, à mon sens est la plus importante, est d’avoir une équipe organisatrice bien structurée et compétente. Cela signifie entre autre, de n’avoir qu’un seul dirigeant et une répartition des rôles bien défini au départ. Nous avons souvent vu des évènements partir en sucette, simplement parce que le responsable voulait tout gérer seul, ou parce qu’il était totalement débordé.

Une autre raison à l’échec d’un événement sont les négligences et le copinage, il n’y a rien de pire pour frustrer des pilotes. Il est important de faire preuve d’une impartialité totale et d’une certaine fermeté lorsqu’il y a des décisions à prendre. Il ne s’agit pas de dire “oui” à un pilote et 30sec après de dire “non” à un autre.

Un bon indicateur du succès ou de l’échec d’un événement à venir est la quantité de promesses qui sont faites, plus une organisation fait de promesse, plus c’est mauvais signe.”

Aide à l'organisation des courses par RotorMatch

Qu’avez-vous constaté de bien et de moins bien lors des compétitions de la saison 2016 ?

“D’abord les moins :

  • Beaucoup trop de promesses sur certains événements (surtout quand on voit le résultat)
  • Le manque de communication de la part des organisateurs
  • Des plannings extravagant et intenable
  • Un règlement méconnu, ou fait à la tête du pilote, quand ce n’est pas directement le règlement qui change
  • Des circuits inadaptés voir impraticable

Maintenant ce qu’on a vu de bien :

  • L’implication des pilotes pour améliorer les rotations des groupes.
  • Le niveau de malade qu’on atteint sur les courses

Pour conclure le point le plus important c’est l’envie qu’a cette communauté de pilote, de faire évoluer notre discipline, et ça pour le coup ça surpasse tout !”

Quelles solutions concrète souhaitez-vous apporter dans l’organisation d’une compétition ?

“Concrètement nous voulons mettre à profit notre expérience dans la gestion/organisation de la course. Notre périmètre d’intervention se limitera uniquement à la gestion de la zone pilote,  du circuit, et du déroulement de la course. Ainsi n’importe qui pourra organiser un événement correct, sans avoir une connaissance pointue de notre discipline et sans débourser des milliers d’euros.”

Quel sera le prix d’un accompagnement, de l’organisation d’une compétition par RotorMatch  ?

“Nous n’avons pas de grille tarifaire. Chaque accompagnement est unique et le but, malgré le fait que nous devions rendre cela payant, n’est pas de devenir milliardaire, au risque d’en décevoir certains, mais simplement de continuer, au fil des événements, à proposer une prestation de qualité.

Notre objectif est d’oeuvrer pour faire connaître cette discipline, l’aider à se développer et la faire découvrir au plus grand nombre, en prenant le temps de bien faire les choses. Pas de belle promesse, on fait ce qu’on sait faire et on ne fera que ça !”

Circuit course par RotorMatch

Quand on voit les images du projet on se demande si vous ne souhaitez pas proposer un équivalent français de MultiGP, est-ce le cas ?

“Je ne sais pas vraiment si on peut être comparé à MultiGP, notre objectif n’est pas de créer une ligue ou quoi que ce soit se rapprochant de ce concept. Nous préférons travailler à développer la discipline avec l’ensemble des pilotes et organisateurs qui la compose. Que ce soit pour des courses entre potes ou des compétitions fédérales. D’ailleurs certains nous associent aux courses officielles et c’est bien dommage, car RotorMatch ce n’est pas que ça… Il suffit de voir sur le site le nombre de courses non officielles qui ont été gérées cette année.”

Quel sera votre positionnement vis à vis de l’ERSA, également organisateur de compétitions ?

“L’ERSA organise des événements, ce n’est pas réellement notre objectif non plus, même si on ne se privera pas d’en organiser quelques uns. Notre objectif est d’accompagner n’importe qui dans l’organisation de leurs événements.”

Combien avez-vous déjà investi dans RotorMatch ? Allez-vous également investir dans votre projet d’évolution ?

“En toute transparence je pense que nous avons investi plus de 10 000 € (je préfère pas savoir le vrai chiffre). Cela comprend les coûts de fonctionnement de la plateforme (hébergement et différents services nécessaire à son développement / fonctionnement), les frais de déplacement, ainsi que les frais de création de la société.

Je travaille, depuis février, à plein temps sur ce projet et j’espère simplement pouvoir en vivre normalement. Si j’avais voulu gagner beaucoup d’argent, je serais simplement rester à mon ancien poste. Et il va de soit que nous continuerons d’investir dans notre projet, cela n’aurait pas de sens de ne pas le faire.”

Pour quelles raisons avez-vous choisi le financement participatif plutôt qu’un prêt bancaire ?

“Nous avons évalué toutes les possibilités, et rencontré différents acteurs du domaine : Lendopolis, KissKissBankBank, des banques, et même des leveurs de fonds, mais ce qui correspondait le plus à notre démarche était la campagne de financement participatif (KissKissBankBank). C’est aussi la meilleure manière de voir si toute la communauté (pilotes, boutiques, fabricants) croit autant que nous, dans cette discipline, car il faut bien comprendre que la somme que nous demandons est surtout faite pour donner une impulsion à notre projet, et que les 7 840 € permettent tout juste le démarrage de celui-ci.”

Campagne KissKissBankBank RotorMatch

A 15 jours du terme, la campagne n’a pas encore atteint les 30% de son objectif. Que se passera t-il si vous n’obtenez pas le financement demandé ?

“Je vais être franc, je ne sais pas ce qu’on fera, car si nous n’atteignons pas l’objectif principal, on ne touche aucune des sommes versées. C’est pourquoi il est très important que la communauté nous apporte son aide sur ce projet, si elle veut pouvoir en bénéficier encore longtemps, parce que c’est ce qui nous permettra aussi de continuer à proposer un service de qualité et surtout gratuit.”

Pour terminer, quelles sont les évolutions prévues à court et à moyen termes sur le site RotorMatch ?

“Pour citer les évolutions qu’on nous demande le plus, en vrac :

  • Un système d’alerte (e-mail, sms…) pour les nouveaux événements
  • Inviter des amis à participer à un événement ou à rejoindre une équipe
  • Créer un événement privé
  • Intégrer un système de chronométrage
  • Gérer d’autres types de course (très compliqué à faire)

De mon côté j’aimerais également développer des fonctionnalités telle que :

  • Gestion des badges électronique
  • Gestion du check in pilote
  • Pouvoir miser sur un pilote durant une course (une sorte de pari en ligne gratuit, juste pour le fun)
  • Mettre en place d’un planning pour chaque évènement, pour indiquer les heures de passage des différents groupes (très pratique pour que les pilotes s’organisent efficacement)
  • Streamer les vues pilotes directement sur le site

Pour conclure cette interview je tenais juste à remercier mes 2 collègues, Maxime & Alexandre, qui malgré leurs métiers respectifs, se défoncent de dingue pour m’aider a faire de RotorMatch ce qu’il est aujourd’hui !”

Merci à Matthieu Bourhis pour cette interview très enrichissante. Nous souhaitons à RotorMatch de réussir à atteindre ses objectifs et de conserver intacte la motivation qui les animent.

Si vous aussi, vous voulez voir cette discipline se développer et que vous croyez au projet de RotorMatch alors montrez le en participant à la hauteur de vos moyens à leur campagne de financement participative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *